posté le 30-06-2017 à 18:54:44

Pause estivale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 28-06-2017 à 12:21:31

Grasse (5).

 
La réunion houleuse des copropriétaires... 
------
-

J’avais pris l’habitude d’aller contempler les fesses de Lola, non par voyeurisme, mais par pur esthétisme… Elles étaient jolies, ses fesses, bien rondes, bien dures apparemment. Presque chaque jour, à des heures régulières, au moment de la promenade des détenus dans la cour de la prison, elle se penchait au-dessus de la rambarde, clamait son amour éternel à Paulo, qui la regardait comme un morceau de viande dans le filet. Elle lui jetait parfois des paquets de cigarettes. Paulo était heureux et repartait dans sa cellule, les yeux écarquillés et le cerveau vite saturé par les images qu’il avait pues enregistrer à la sauvette dans ses pauvres neurones.

Le seul bémol dans cette affaire, c’est que les habitants de l’immeuble commençaient à se plaindre et le président du conseil syndical dut organiser, de toute urgence, une assemblée générale exceptionnelle pour essayer de trouver une solution à ce problème. Prétextant un conseil de classe, je me gardais bien, comme d’habitude, d’y d’assister. La porte d’entrée de l’immeuble était pourtant toujours fermée et il fallait composer un code pour entrer. Et apparemment, la meuf de Paulo connaissait ce code. Un habitant de la copropriété avait dû le lui donner. Mais qui ? Je vous jure que ce n’est pas moi !

Chaque copropriétaire menait son enquête et l’atmosphère devenait pesante. Tout le monde soupçonnait tout le monde et finalement, on trouva le coupable. J’appris son nom le surlendemain, lorsque, malencontreusement, je pris l’ascenseur avec Mademoiselle Belœil, une vieille fille, excitée comme Jeanne d’Arc, la pucelle d’Orléans.

Elle me dit, sans me regarder : 

- ça y est, on sait qui a donné le code d’entrée à cette créature  !

Elle attendit ma réaction qui ne vint pas. Je pensais « créature, créature et toi tu as vu ta tête  » ?

Elle patienta quelques secondes, le temps que l’ascenseur arrive au rez-de-chaussée. Et sûre de son effet, elle clama comme une comédienne qui jouait Horace :

- C’est Monsieur Laderovitch, le coupable !

Pauvre Monsieur Laderovitch, c’était un comptable à la retraite, qui n’avait plus sa tête et qui était très mal vu dans l’immeuble. J’essayais de le défendre et je lui dis : 

- Mais on a des preuves au moins  ?

Et là, Mademoiselle  Belœil, devint plus rouge que La Cicciolina* en pleine action:

- Des preuves ? Ah ça oui !

 

 

A suivre

 

* Actrice porno italienne des années 80. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 28-06-2017 à 14:39:22  (site)

Bonjour Alain , j'attendais le feux vert pour arriver sur ton blog et me vla fraiche comme un gardon!!!!!!!!!..Bon vla aute chose les locataires qui ne sont pas content, y demandent quoi ? quelle arrête de montrer ses fesses ou ils sont jaloux, ils veulent leur part de jouissance ? Bon de déblaterre sec ...Ca se corse dans cet immeuble et en plus ils foutent ça sur le dos d'un pauvre pélerin qui n'y est pour que dalle ....Tu vas faire quoi dans tout ça ? te consoler avec la pucelle d'Orléans ? ( je plaisante comme d'ab ) dis donc t'as trouvé le filon pour ta tranquilité si je comprend bien, pour du repos dans cet immeuble rien n'est gagné ......C'est le Polo qui l'a belle dans tout ça, il fume a l'oeil .A bien regarder je vois pas pourquoi ça géne quelle étale son gagne pain devant sa balustrade la belle Lola , non faut étre COOL comme on dit a présent ...Tu vois je me met au diapason , la jeunesse ne me fait pas peur, c'est plûtôt ceux qui ont un esprit tordu qui m'effraient ...Il faut évoluer ,sortir aprés la messe du dimanche , ne pas laisser ses vêtements pourrir dans la naphtaline ..Je me demande ce que vas nous trouver de gratiner pour la suite .....( Merci pour ces agréables moments a te lire, là je suis trés sérieuse ) j'attend aves impatience la suite a++++Lili

2. biquette  le 28-06-2017 à 15:03:30  (site)

Je suis encore là Alain , note bien que ton roman est tellement avec suspence que je laisse mon boulot de côté ( je rigole ) J'attend avec impatience pour savoir les douces conneries qu'a pû te sortir la miss Bel oeil ( tu parles d'un blaze ) elle ne peut oas s'appeler Durant ou Dupont comme tout le monde celle là ....Si elle trouve des pretextes pour faire virer la Lola je suis curieuse de connaitre lesquelles, ça va étre coton je pense ......Bon faut que je retrousse mes manches ( pas mes jupes comme la Lola , note bien que si sa jupe est comme le string ça ne doit pas représenter beaucoup de tissu ) pour briquer un peu chez moi depuis que je te lis ça devient poussiérieux au maxi i ( je plaisante )a++++Lili

 
 
 
posté le 27-06-2017 à 10:24:58

Grasse (4).

Jean-Paul Sartre.

--------

A 14h j’avais une 1ère S, avec des élèves qui faisaient semblant d’être sérieux. Une bande de lécheurs pas possible.

C’était la belle époque : pas de portables, pas de lecteurs mp3. Le diable n’avait pas encore fait son apparition dans les établissements.

Ce jour-là, mon cours portait sur « le centre d’inertie d’un solide », c’était de la physique et je me surpris à penser de temps en temps à son physique à elle… 

A la récré, la prof de philo me mit le grappin dessus et m’entraîna vers les fauteuils bleu-pétrole de la salle des profs. On avait l’habitude de parler ensemble. Elle était brillante, avait un QI démesuré, agrégée de philosophie et divorcée. J’aimais bien la taquiner. Elle restait dans la norme des penseurs historiques et moi j’essayais de détruire toutes leurs théories. J’étais libre et pas inféodé à un carcan imposé par la dictature des idées reçues.

« Tu fais quoi à 17h ? » me dit-elle à la sonnerie de la fin de récré. Moi, comme un débile profond atteint de méningite aiguë, à qui on explique les bases de la mécanique quantique, je répondis « heuuu… ». Elle me regarda sans étonnement, car elle me connaissait bien et elle ajouta avec un demi-sourire : « si tu veux on pourrait aller boire un verre à la fin des cours ». Elle était très intelligente cette prof-là, mais moi, je n’avais qu’une idée en tête, qu’une obsession : aller admirer les fesses de Lola, la meuf de Paulo, penchée sur la rambarde de ma coursive…


A suivre...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 28-06-2017 à 10:00:07  (site)

Bonjour Alain , il y a des passages que j'adore comme..... "Comme un débile profond ect ......a qui on explique les bases de la mecanique cantique "..... ça ca m'interpelle car je me creuse le mou avec ça " ( je plaisante oui et non car c'est vrai )...... Bon pour la meuf du fameux polo ( moi non plus ce mot n'existait pas a mon époque )..... tu parles d'une perle pour un tolard Il va aussi sec faire le bilan pour avoir un nouveau revenu avec la paire de fesses de la lola, c'est du tout cuit pour lui , ces mecs là savent vite gamberger pour eviter d'aller au charbon, c'est recta ,il voit en elle un beau petit capital arriver ........Je suis accro de ce que tu marques , c'est fou , je ne comprend pas que tu reste prof avec le talent d'écrivain que tu te paye ( là je ne plaisante pas )...... Bon j'attend avec hâte la suite ...Passe une belle journée je ne sais pas ce que tu vaut comme prof, mais pour me faire rire tu as la palme d'or ...A.........Lili

2. biquette  le 28-06-2017 à 10:23:57  (site)

Bon je repasse là..... Génial ton histoire ...J'attend pour savoir si tu vas avoir une petite aventure avec cette prof , aprés tout quand on est jeune on ne se pose pas trop de questions, le principal c'est de ne pas râter les bonnes ocases " ......"On se dit toujours "on verra plus tard mais il faut que j'en profite "".......Et oui c'est comme ça la vie ...C'est un énorme apprentissage ...La lola elle c'est sur le tas elle quelle le fait "Excuse là j'y vais fort "....Le tolard va vite la former a sa façon si ,elle est comme je le pense , tu parles d'une nana !!!!!!!!Comme tu marques " moitié - pute " là elle va l'etre entiérement dés qu'ils le libére l J'attend la suite avec empressement ....Passe une belle journéeA+++++Lili

 
 
 
posté le 25-06-2017 à 18:48:09

Grasse (3).

 

----

--

-

Et plusieurs fois elle répéta :

-     Paulo, je t’aime Paulo.

Je courus dans la cuisine pour aller regarder par la fenêtre qui donnait dans la coursive. Ce que je vis alors m’embarrassa : une jeune femme en micro-jupe, au ras des fesses, penchée sur la rambarde. Elle ne portait pas de culotte ou peut-être seulement un string-ficelle qui avait rétréci au lavage.

Mon Dieu, qu’elle était vulgaire cette fille, une vraie demi-pute. Mais comme elle était sexy ! Elle communiquait avec Paulo, son mec, un taulard peu bavard, dont le cerveau était resté au stade embryonnaire et qui avait un QI incertain. Un QI non mesurable avaient dit les psychologues. Paulo ne disait rien. Il se contentait de regarder l’entrecuisse de sa meuf*. Ses yeux, comme une caméra, enregistraient des images dans son petit cerveau. Des images qu’il se repassera, le soir dans les toilettes, quand il sera seul…

Ah, ces femmes, quelle merveilleuse invention du diable. On ne dira jamais assez la fonction hautement sociale des dames dans les prisons. Je sus plus tard qu’elle se prénommait Lola. Mais mon problème à moi, mon angoisse, c’était que mon cours, au lycée, commençait à quatorze heures. Je devais passer derrière elle et traverser la coursive. Quelle attitude adopter ? Lui dire bonjour ? L’ignorer ? Heureusement qu’elle était pressée. Elle lança un paquet de cigarettes à Paulo et fila comme une taupe, pressée certainement d’aller tapiner…


                                                                              A suivre         

 

 

 *Un mot qui n’existait pas à mon époque…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 28-06-2017 à 10:39:54  (site)

Bonjour Alain , Ou tu me fais marrer c'est pour le string qui a rétrecit, ça n'a pas du étre dur, vu que c'est déja de la ficelle >...je ne sais comment elles font pour supporter ce truc ( là je rigole dur ) faut ecarter les fesses pour le voir !!Le polo n'a pas l'air d'étre une lumiére , elle est bien tombé la pauvre , les beaux jours pour elle vont s'obscurcirent salement , je vois pas ça beau pour son avenir........ Dur Dur !!!!! J'ai les larmes qui coulent tellement je rigole !!!!!!Bon je repasse voir la suite mais fais vite , c'est ma tasse de thé ce roman ....A ++++Lilije ne peus plus écrire tellement je rigole !!!!!!!!

 
 
 
posté le 23-06-2017 à 10:21:17

Grasse (2).

 

---

-

Ce que je vis, en me penchant un peu au-dessus de la rambarde, c’était la cour de la maison d’arrêt de Grasse, autrement dit, la prison !

Le mari m’entraîna vers l’intérieur et me dit qu’il comprendrait bien que je ne veuille plus louer cet appartement. Je ne savais que faire ; le lendemain je devais commencer mes cours au lycée et je n’avais plus le temps de chercher autre chose. J’acceptais donc à contrecœur et quand ils furent partis, j’allai chercher mes deux valises qui se trouvaient dans le coffre de ma voiture garée dans la rue, au pied de l’immeuble.

Ma première nuit fut aussi blanche que les neiges de l’Annapurna*. J’imaginais qu’on allait voler ma voiture et il me semblait entendre des bruits bizarres dans la coursive. Je me levais vers quatre heures du matin et j’allais vérifier que la fenêtre de la cuisine qui donnait sur cette satanée coursive n’avait pas été fracturée. Non, rien, tout était en ordre.

Mes cours commençaient à huit heures et à sept heures trente, j’étais déjà sorti pour aller voir si ma voiture était encore là. C’était le cas. Et je constatai avec satisfaction que mes pneus n’avaient pas été crevés. A onze heures trente, au retour du lycée, je mangeais sans appétit un sandwich que j’avais acheté dans la boulangerie de la rue. Vers treize heures, mes neurones, fatigués par cette nuit sans sommeil, se mirent en veilleuse. Béatement, je sombrais dans une somnolence peu réparatrice qui ne dura pas longtemps, car je fus réveillé par une voix féminine qui hurlait dans la coursive :

-      Paulo, je t’aime Paulo !

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

                                                                                                                      A suivre…  

 

 *L'Annapurna est une montagne de l'Himalaya au Népal, comprenant six sommets dont le plus haut culmine à 8 091 mètres, ce qui en fait le dixième plus haut sommet du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. elena13  le 23-06-2017 à 17:32:25  (site)

Bienvenue sur Vefblog !!!

2. biquette  le 25-06-2017 à 09:18:08  (site)

Bonjour Alain , je suis trés contente que tu ai eu l'idée de me dirigée sur ce blog "Grasse " je ne le retrouvais plus avec ma tête de linotte , des fois, j'ai le bocal qui prend l'air ( je plaisante comme d'ab ) cet apprem je m'y plonge dans tes débuts de prof et t'écris pour te donner un minime avis car dans un sens il faut y etre passé des fois dans certaines situations pour bien les saisir , alors moi je suis naîve pour ce qui est de ta profession qui doit aussi t'apporter des durs moments de découragement mais c'est dans tout que ça cloche , bref a++++Lili

3. biquette  le 25-06-2017 à 17:39:53  (site)

Bon je suis en plein dans ton installation ...Je pense que tu as dû paniquer au début pour ta rossinante ( c'est le nom que je donne a ma voiture) vu que dans ces établissements en géneral ce ne sont pas des enfants de coeur, mais c'est surveillé durement tout du moins je le pense ...Bref tu as du avoir du boulot pour t'installer ...J'attend la suite pour savoir qui hurlait dans la cour , surtout fais vite car je suis en plein dans un début de roman , c'est mieux que du "Barbara cartland" ( je plaisante ) a ++++Lili

 
 
 
posté le 21-06-2017 à 19:58:10

Grasse (1).

 -------

--

Il y a quelques années, j’étais jeune encore, j’avais été muté dans un lycée d’une ville des Alpes Maritimes, Grasse.

Habitant, Fréjus, je fus obligé de chercher un appartement meublé dans cette ville connue surtout pour ses usines de parfums. Ça n’a pas été facile de trouver quelque chose de correct et d’accessible en début de mois de Septembre, surtout que quelques envahisseurs britanniques traînaient encore dans les parages. Finalement, par l’intermédiaire d’une agence immobilière, je louais un F2, pas loin du centre-ville. La secrétaire de cette agence me dit alors que les propriétaires, méfiants comme des taupes, voulaient absolument me rencontrer pour savoir à qui ils avaient à faire. Apparemment, ma tête ne les effraya pas et ils tinrent à me faire visiter eux-mêmes, cet appartement. Ils étaient un peu gênés et je compris plus tard pourquoi. L’immeuble, assez ancien, était correct avec un ascenseur vétuste à double porte métallique. Il y avait une petite cuisine équipée, une salle de bains, une chambre à coucher et un salon-salle-à-manger avec une immense terrasse qui offrait un panorama magnifique sur la ville de Grasse et nous étions au dernier étage. Je remarquais qu’ils me regardaient avec un air bizarre. Et le mari, comme s’il se jetait dans l’eau glacée de l’océan Arctique, me dit brusquement :

-     Il y a quand même un petit problème…

Je pensais qu’il avait peut-être une autre personne en vue pour la location et qu’il voulait augmenter le loyer.

Il toussa, puis se racla la gorge et continua :

-     Vous avez vu que la porte d’entrée donne sur une coursive, mais il 

    faut que je vous dise que… Enfin venez, je vais vous montrer.

Inquiet, je suivis le couple vers la coursive et le mari me dit :

-     Penchez-vous un peu au-dessus de la rambarde.

Je fis ce qu’il me dit et ce que je vis alors me plongea dans une stupeur incroyable, à la limite de la frayeur…

                                                                                   A suivre  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. christineb  le 22-06-2017 à 22:14:51  (site)

J'attends la suite!
Bon vendredi.

2. biquette  le 23-06-2017 à 13:29:10  (site)

Bonjour Alain voila un titre qui me dit quelque chose !!!!!!! Je fais quelques courses avec Sylvie ma fille et repasse plus tard , dans ( deux heures ou trois ) pour lire sérieusement tes écris a bientôt car on traine dans les boutiques nous les dames ( je plaisante) a+++++Lili

3. biquette  le 25-06-2017 à 17:31:43  (site)

Là ca y je vois le début de ton livre je suppose ...Déja tu as eu du bol de trouver un appart avec une jolie terrasse ..de toute façon si la prison est prés tu ne risque rien , les gendarmes surveillent surement sérieusement les alentours a cause d'éventuelles évasions , alors tu devrais etre pénard en principe dans cette crêche ..Evidemment ça choque au début mais c'est comme tout on s'habitue ...Tu vois je suis dans ton livre en plein a++++Lili

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article