posté le 29-08-2017 à 08:09:25

Grasse (7).

--------

--

Et Mademoiselle Belœil revint dans le salon, légèrement maquillée et parfumée avec « L’air du temps » de Nina Ricci, je crois bien.

Elle me lança un regard que je pourrais qualifier de langoureux. Moi, j’en avais pris mon parti, prêt à « passer à la casserole ». Il y a des expressions un peu triviales, mais qui sont si explicites… Je supputais la durée de la « gâterie », deux minutes ? cinq minutes ? Mais j’étais légèrement inquiet, je ne voulais pas être ridicule quand même.

En ce moment-là, pour solidifier une quenelle rabougrie et la transformer en saucisson sec "Le Bâton de Berger" de Julien Bridou, j’en étais arrivé à penser à Fernande* ou à Félicie ou à Léonore. Malheureusement, je ne pensais qu’à Lulu ! (Rappelez-vous la chanson de Georges Brassens).  

Mademoiselle Belœil revint en portant un plateau de petits gâteaux et en s’asseyant à côté de moi, elle me dit « voilà, je vous apporte les gâteries » ! La tension, qui n’existait que dans ma tête, retomba d’un seul coup. J’étais soulagé de « l’inculture érotique » de  Mademoiselle Belœil. Et je pensais, j’étais un prof après-tout, que je devais lui expliquer certaines choses.

Elle était contente d’elle ; c’est vrai que les petits gâteaux avaient l’air appétissants, plus que ses lèvres recouvertes d’un rouge un peu trop vif. J’avais l’impression qu’elle voulait ressembler à Lola, la meuf de Paulo.

  Mademoiselle Belœil roucoulait de plaisir en me voyant manger, avec appétit, ses gâteaux. Elle se pencha vers moi et me murmura

- Vous pourrez dire maintenant à tous les habitants de l’immeuble, que je suis la championne des gâteries.

Je ne ris pas, parce que j’avais la bouche pleine…

En sortant de chez elle, je pris l’ascenseur, dans lequel il y avait Monsieur Coqualo, surnommé la fouine, qui me dit:

- Mademoiselle Belœil, vous a raconté pour Monsieur Laderovitch ? 

Sans me mouiller je fis « heueeuuu… » Il me regarda comme on examine une radio des poumons et me souffla dans l’oreille:

- Il faudrait que l’on parle de ça dans un endroit tranquille ! 

Non, non et non, Monsieur Coqualo, n’allait pas lui aussi m’inviter à venir boire un thé chez lui ! En le regardant plus attentivement, je vis, que de son pull noir à raz-de-coup, sortait le col de sa chemise. Une chemise rose… !

A suivre

 

  

 


 

  

Pour écouter "Fernande".
 
 
 
 
 
 

 
 


Commentaires

 

1. biquette  le 29-08-2017 à 12:09:15  (site)

Bonjour Alain , là je rigole dur pour le piége a couillon que t'as mijoté la Beloeil , gaterie chez elle ne se vois que par la bouffe, note bien tu reviens peut etre de loin avec son rouge a lévres épais et vif , elle t'aurais de suite offert les plus beaux galons de Genéral en deux coups les gros (excuse c'est plus fort que moi fallait que je sorte cette grosse balourdise ) Bon j'imagine que t'es passé a travers le pire ,mais si c'est une collante elle ne s'en tiendra pas là , vu sa bobine les ocases ne doivent pas se bousculer au portillon , les amateurs d'épouvantails ne trainent pas les rues , alors gaffe a tes plumes pour l'avenir ( je marque plume c'est plus gentil ) , elle doit avoir une sacré réserve de gateries chez elle , je ne la vois pas te lacher la grappe facile la Beloeil ...Bon va falloir de la patience pour avoir la suite car la rentrée approche et je suppose que tes obligations avec ..Alors fais tout de méme ton possible pour ne pas nous laisser dans l'angoisse pour la suite ( tu dois commençer a me connaitre et savoir que pour moi le rire est important ) il en faudrait beaucoup des blogs comme le tien qui vraiment est au poil pour nous évader de cette vie pas marrante pour beaucoup ...Bon alors tiens nous au courant pour les prochaines gateries de la moizelle !!!!Passe une belle journée bise a++++Lili

2. biquette  le 29-08-2017 à 16:24:55  (site)

Re moi , comme tu le vois j'ai hâte de connaitre la suite ..Dis donc elle s'accroche dur, pire que les berniques sur un rocher en Bretagne ..Tu pourrais te dévouer c'est pour une bonne cause ..La pauvre qui baille devant toi comme une huitre pas fraîche du tout( quand elles s'ouvrent faut les éviter ) .Aprés tout elle a peut étre des secrêts cachés pour te faire passer le mur du son !! va savoir ? Et puis les voisins n'ont pas l'air d' étre chaud non plus vu sa demande de pub pour ses gâteries... ..C'est l'épicemard du coin qu'a dû se marrer quand elle lui a acheté le tas de gateaux présenté sur un plateau en toute simplicité afin que tu vois Fernande !!!!! .En plus elle te demande d'aller dans un coin tranquille super ça, car se montrer avec un tableau comme la Beloeil ça ne te fais pas de pub , c'est pas un top model ... vu ses carreaux double foyers et sa tronche en forme de cake pas de quoi te faire mousser ...Mais faut se qu'il faut ...... Nous les femmes nous ne tombons pas sur des Robert Redford tous les jours ..sur des Roberts Oui !!!!! ....!Bref y a du suspence dans cet immeuble , qu'a t'elle boutiqué avec ce Monsieur Laderovitch ? , pas clair tout ça !!! De toute façon elle a le feux au chaudron la mignonne , alors pas besoin d'aller loin pour quelle hurle a la lune , tu peus lui faire traverser la planéte en une heure si tu t'en donne le mal .........Figure toi que je suis aux anges de t'écrire ça me fait énormement rire et pour ma santé c'est bénefique en plus de mon huile de foie de morue (Je plaisante ) ...Bon je vais aller boire un coup pour me désaltérer , par chez moi il fait chaud aussi et je n'aime pas trop , je prefére le froid ...Je te souhaite une belle soirée ,plein de rêves érotiques avec la Beloeil....Tiens bon la rampe matelot t'as une sacré touche avec elle alors distingue toi au mieux que tu vas pouvoir ....A demain pour la suite , je guette sérieux ...Bise a++++Lili.

3. biquette  le 29-08-2017 à 19:29:25  (site)

Je repasse pour te souhaiter une belle soirée et te dire que je réfféchissais et je pensais que mon mari qui avait un esprit suractivé pour me faire rire , m'aurait surement dit en voyant la Beloeil " elle est taillée comme un paquêt de pétard cette meuf et ce n'est pas une casquette qu'il lui faut mais un sac a patate ....T'auras interêt si tu veus lui faire un cadeau c'est de lui prendre une robe ,ça te coutera moins chére vu la grosseur de la tête il faut beaucoup de travail pour lui fabriquer un chapeau et une sacré longueur de feutrine ...Bon sang quelle est tarte ..Bon on ne peut pas tous étre des vedettes, mais quand méme là c'est un cas , Pas prés de paumer sa virginité ,une peau de tambour , faudra que tu trouves des serieuses baguettes et aussi que tu saches bien t'en servir...... dur dur !!!! Passe une belle soirée ( je suis effondrée de rire ) a++++Lili

4. odeline  le 30-08-2017 à 10:06:53  (site)

Bonjour Alain je passe te faire un coucou pour ce mercredi matin trés morose par chez moi , vu le temps gris .Bon le soleil va peut etre se montrer bientôt ..J'espére que tu vas bien et que tes pensées sont toujours dirigées sur une suite grandiose pour nous mettre des détails marrants sur le cas de cette mademoiselle Beloel qui doit étre aux aguets pour que tu la repére afin de la consoler de son physique assez tartignole il faut l'avouer '( Je plaisante ) Sont ils tous aussi tarte dans cet immeuble ? ..Je pensais c'est drôle le net on trouve des gens qui t'apportent vraiment quelque chose de positif ...J'ai peu d'amis ici je l'avoue mais n'en cherche aussi que des qui me réconfortent , je n'aime pas ceux qui pleurent dans les chaumiéres , dans un vie on a aussi des bons moment mais il faut savoir les trouver , alors dans ce cas là il faut savoir choisir aussi ses relations ..Le bonheur en fait est facile a trouver pour ceux qui sont simples et qui ne recherchent pas des situations a la mord moi les orteils ..Moi j'aime rire et ça vaut tous les biftecks du monde crois moi ...Je te remerçie d'ailleurs de choisir des sujets extras pour le moral , car cette Beloeil fallait la trouver des comme ça il n'y en a pas a tous les coins de rues tout de méme et qui en plus est une virtuose des gâteries ( je plaisante souvent ) c'est mon caratére qui est fait comme ça ..Mon mari m'avait éte choisi par le ciel car on se comprenait sans parler .Drôle tout de méme car avec mes idées je pense que certains ont un esprit qui leur tombe dessus et qui les renforçe sans crier gare et qui a fait qu'avec lui que nous formions un couple qui s'entendait trés bien ...J'ai toujours dis a mon mari qui lui ne croyait en rien du tout que Dieu prenait une pomme la coupait en deux et la jetait au hasard et que les deux parties devaient se rejoindre et oui mon mari était ma moitié de pomme ..maintenant qu'il est parti la haut je m'en rend compte .....Bref il faut aller de l'avant et non revenir sur des souvenirs cuisants ....Merci Alain pour tes écris si drôles et si réconfortants pour le moral qui dans ce systéme n'est pas toujours au beau fixe ...Passe une belle journée bise a++++Lili

5. odeline  le 31-08-2017 à 14:57:17  (site)

Bonjour Alain , merci pour ton gentil com , c'est trés sympa.... .Oui j'aime écrire pour la bonne raison c'est que que ma vie entiére a eté pour me démener dans différents boulots plus ou moins bons afin que mes filles puissent s'en sortir dans la vie , pas chose aisée sans diplôme , mais mes meilleurs reussites c'est la vie qui m'en a fait cadeau ,car méme sans prof pour m'aiguiller dans une bonne direction, je suis trés fier du résultat crois moi ....On dit que de voyager ça déforme les valises , chose exact , mais pour ce qui est de mon cas , de cotoyer des tas de personnes trés intéréssantes de milieux différents et dans aussi bien des contrées d'un peu partout, m'a drôlement été utile car il ne faut pas s'obstiner en disant que nous détenons toutes les verités , et d'avoir différents avis a eté aussi pour moi trés bénefique ...Voila pour quoi a présent que j'en ai le temps , j'écris a ceux qui me paraissent valoir le coûp pour une belle amitié car nous avons tous nos vies personnelles , des obligations , qui fait que nous prenons les amis comme ils sont , simplement sans se poser de questions inutiles pour l'avenir ...J'ai ici peu de contact pour la bonne raison c'est que je ne courre pas aprés les coms , je ne pourrais pas non plus écrire a chacun des futilités sous pretexte que je dois faire vite et que je sois obligée de répondre a trop de contacts ..Non quelques sincéres et gentils me suffisent amplement , je prefére la qualité a la quantité ...Chacun ses idées ...J'aime ceux qui sont trés compréhensifs et qui sont sincéres sans Chichi , sans que je me se sente obligé de faire gaffe pour ne pas contrarier , ni faire un pet de travers, pas mon style du tout ...Voila Alain je respecte ta vie et ton entourage , je fais toujours tout pour ne blesser personne ...Avec toi c'est le rire assuré et ça me comble de bonheur de passer lire tes aventures dans cet immeuble avec la Beloeil , c'est poilant et ça me fais drôlement plaisir de venir sur ton blog en tout bien tout honneur ...J'ai peu de blogs qui me bottent vraiment , je l'avoue ( pas besoin de me mettre des électrodes autour des mollImageets pour me faire dire n'importe quoi ) ( tu vois je plaisante toujours ) mais ça me fais le plus grand bien ...Donc merci beaucoup Alain et surtout je respecte beaucoup ton métier car ça ne doit pas étre drôle tous les jours d'enseigner , les cancres ça existe !! Bon pas de critique rien que des bravos pour tes écris ..Bise amicale a++++Lili

6. quadrille  le 01-09-2017 à 08:23:30  (site)

Bonjour Alain ..Je passe vite fait d'un autre blog , ce matin je traçe pour aller faire des réserves pour l'hiver , car les routes par chez moi me filent des colliques tellement elles sont biscornues ,pourtant je suis habituée de rouler car j'ai fais pour ainsi dire le tour de france , mais le tour de mon département actuel c'est une autre paire de manche , beaucoup de retraités prennent leur temps au volant il y en a méme on a l'impréssion qu'il y font la sieste ( sans char ) des fois ça me bouffe moi qui suis une pelotte de nefs , je ne supporte pas d'y aller a 30 km de l'heure, bref faut accepter de bon grés mal grés quand on est obligé de s'adapter!!!! moi j'ai bien dû mal pour ça et vla l'hiver ça va encore étre coton dans le secteur crois moi !!!! J'espére que ta rentrée se passe bien pour toi et que t'auras pas trop de petits mignons impossibles a gérer , comme tu dois le deviner les gamins j'en suis saturée j'ai elevé les miens mais de maniére a ce qu'ils ne me casse pas les bonbons , ça filait doux chez moi ..Bon je n'aurais jamais pû etre dans l'enseignement, l'envie de distribuer des tartes aurait eté trop forte pour moi ..Bon je te souhaite une belle journée avec tes mignons et tiens bon la rampe t'as l'année entiére pour te faire la main ...Bise a++++Lili .........( Au fait si je te les brise trop menu avec mes écris tu me le marques je ferais gaffe pour l'avenir ) ................

 
 
 
posté le 25-08-2017 à 12:20:35

Grasse (6).

 

Mademoiselle Belœil.... 
 

Mademoiselle Belœil continua sa diatribe contre le pauvre Monsieur Laderovitch. Elle me regarda avec un œil qui m’effraya un peu et me dit :

- Mais ça va être trop long à raconter et ici on risque de nous entendre. Vous voulez bien venir boire un thé chez moi ? 

Je pensais que ça allait être une mauvaise journée, que si j’étais sorti deux minutes plus tard, je n’aurais pas rencontré cette vieille fille un peu hystérique. Alors je préparais ma phrase pour lui dire que je n’avais pas le temps, que j’avais une réunion de parents d’élèves et prenant mon courage à deux mains, je murmurais :

- Mais avec plaisir, mademoiselle ! 

Que voulez-vous, je ne sais rien refuser aux jolies femmes, ni aux laides d’ailleurs, la preuve…

Je la regardais un peu plus attentivement, elle était aussi plate que la planche à repasser de ma grand-mère et…

Fantasme : « ah, si elle avait les seins de Lolo Ferrari (1)… »

Elle me fit entrer dans son salon où il y avait un canapé et deux fauteuils. Elle me pria de m’asseoir et je me précipitai vers un fauteuil.

- Non, non, sur le canapé plutôt, c’est plus confortable, dit-elle.

Avait-elle une idée derrière la tête ?

 Elle se planta devant moi et commença à me raconter que Monsieur Coqualo, un copropriétaire, lui avait dit, qu’un jour, il avait vu sortir précipitamment de l’immeuble la «  créature », tandis que Monsieur Laderovitch, lui, sortait du local à poubelles en refermant sa braguette.

Un peu gênée, elle continua :

- Et il a dit aussi, que cette créature, avait dû lui faire une petite gâterie, en échange du code d’entrée de l’immeuble.

Je me sentais mal l’aise en entendant ce discours et j’avais l’impression que le sol bougeait sous mes pieds... Mademoiselle Belœil était de plus en plus excitée, elle parlait vite et elle me dit dans un souffle : 

- Attendez-moi, je reviens. Vous allez voir que moi-aussi, je sais faire des gâteries ! 

J’étais fichu, perdu, pareil à un prisonnier des « Farc » de Colombie. Je voulais fuir comme un lâche, sans rien dire. Mais mon aboulie (2) me paralysa et je me dis que finalement ce n’était qu’un mauvais moment à passer.

Seulement une petite inquiétude naquit dans mon cerveau perturbé ; en moi, à un endroit que la décence m’interdit de nommer, c’était de l’argile molle et non du béton armé. Mais peut-être, qu’en pensant aux fesses de la meuf de Paulo…

Elle revint et me dit :

- Voilà, je vais m’occuper de vous !...

 

 

 

-------

(1) : Lolo Ferrari.

 

Née le 9 février 1961 à Clermont-Ferrand et morte le 5 mars 2000 à Grasse, Lolo Ferrari était une chanteuse et actrice de films pornographiques , au tour de poitrine pharaonique de 180 G.

 (2) :  aboulie.

L'aboulie correspond à une défaillance partielle ou complète de la volonté, dont la traduction est l'impossibilité ou bien la difficulté de prendre des décisions. Ceci s'accompagne d'une lenteur des gestes en général. Pour prendre les décisions, l'individu atteint d'aboulie nécessite un effort très important.

 

 

 

 

                               A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 26-08-2017 à 11:13:29  (site)

Bonjour Alain ça commence bien ton roman, déja aux préliminaires qui vont salement te perturber je crois bien ..Un souvenir a marquer dans un grand livre, car ça va te laisser un souvenir impérissable et puis dans ce cas là tu ne verras pas sa bobine c'est déja une bonne chose ( je plaisante ) je suis trés contente de lire a nouveau tes belles aventures et celle là en est une crois moi ...Bon a trés vite pour une suite croustillante,car par la suite ça surement se corser vu le tempéramment de la moiselle ( je vois ça dans boule de cristal je rigole encore ) bise a++++Lili

2. biquette  le 26-08-2017 à 18:37:16  (site)

Re Bonsoir Alain , te fais pas de bile un ecrivain de ta trempe je ne pouvais pas l' oublier, aucun risque , je t'avais mis dans mes favoris et pas pour des prunes, tu me fais trop marrer , si tu savais a quel point j'appreçie tes écris tu en tomberais sur le postérieur ( tu vois je prend des mouffles pour etre pôlie )....Oui contente et j'ai hâte de lire la suite de l'aventure avec la Beloeil ( tu parles d'un blaze ) ...Va t' élle te faire grimper aux rideaux ? Fais vite a envoyer la suite pour mon moral car les vacances étaient plutôt moroses, beaucoup ont fait relâche, normal pour ceux qui toute l'année vont au charbon , faut du repos ...Bref je serais fidéle au poste sois en certain , passe une belle soirée bise a++++Lili

3. biquette  le 29-08-2017 à 12:18:04  (site)

Je voulais aussi te dire bravo pour Brassens qui est un chanteur que j'appreçie beaucoup ...Déja dans le film Crime au paradis que j'ai bien aimé, on fait a llusion a cette celébre chanson "Quand je pense a Fernande" , théme bien trouvée aussi avec ce grand acteur qu'était Villeret ...Belle journée a++++Lili

 
 
 
posté le 23-08-2017 à 10:05:32

Le retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 30-06-2017 à 18:54:44

Pause estivale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 28-06-2017 à 12:21:31

Grasse (5).

 
La réunion houleuse des copropriétaires... 
------
-

J’avais pris l’habitude d’aller contempler les fesses de Lola, non par voyeurisme, mais par pur esthétisme… Elles étaient jolies, ses fesses, bien rondes, bien dures apparemment. Presque chaque jour, à des heures régulières, au moment de la promenade des détenus dans la cour de la prison, elle se penchait au-dessus de la rambarde, clamait son amour éternel à Paulo, qui la regardait comme un morceau de viande dans le filet. Elle lui jetait parfois des paquets de cigarettes. Paulo était heureux et repartait dans sa cellule, les yeux écarquillés et le cerveau vite saturé par les images qu’il avait pues enregistrer à la sauvette dans ses pauvres neurones.

Le seul bémol dans cette affaire, c’est que les habitants de l’immeuble commençaient à se plaindre et le président du conseil syndical dut organiser, de toute urgence, une assemblée générale exceptionnelle pour essayer de trouver une solution à ce problème. Prétextant un conseil de classe, je me gardais bien, comme d’habitude, d’y d’assister. La porte d’entrée de l’immeuble était pourtant toujours fermée et il fallait composer un code pour entrer. Et apparemment, la meuf de Paulo connaissait ce code. Un habitant de la copropriété avait dû le lui donner. Mais qui ? Je vous jure que ce n’est pas moi !

Chaque copropriétaire menait son enquête et l’atmosphère devenait pesante. Tout le monde soupçonnait tout le monde et finalement, on trouva le coupable. J’appris son nom le surlendemain, lorsque, malencontreusement, je pris l’ascenseur avec Mademoiselle Belœil, une vieille fille, excitée comme Jeanne d’Arc, la pucelle d’Orléans.

Elle me dit, sans me regarder : 

- ça y est, on sait qui a donné le code d’entrée à cette créature  !

Elle attendit ma réaction qui ne vint pas. Je pensais « créature, créature et toi tu as vu ta tête  » ?

Elle patienta quelques secondes, le temps que l’ascenseur arrive au rez-de-chaussée. Et sûre de son effet, elle clama comme une comédienne qui jouait Horace :

- C’est Monsieur Laderovitch, le coupable !

Pauvre Monsieur Laderovitch, c’était un comptable à la retraite, qui n’avait plus sa tête et qui était très mal vu dans l’immeuble. J’essayais de le défendre et je lui dis : 

- Mais on a des preuves au moins  ?

Et là, Mademoiselle  Belœil, devint plus rouge que La Cicciolina* en pleine action:

- Des preuves ? Ah ça oui !

 

 

A suivre

 

* Actrice porno italienne des années 80. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 28-06-2017 à 14:39:22  (site)

Bonjour Alain , j'attendais le feux vert pour arriver sur ton blog et me vla fraiche comme un gardon!!!!!!!!!..Bon vla aute chose les locataires qui ne sont pas content, y demandent quoi ? quelle arrête de montrer ses fesses ou ils sont jaloux, ils veulent leur part de jouissance ? Bon de déblaterre sec ...Ca se corse dans cet immeuble et en plus ils foutent ça sur le dos d'un pauvre pélerin qui n'y est pour que dalle ....Tu vas faire quoi dans tout ça ? te consoler avec la pucelle d'Orléans ? ( je plaisante comme d'ab ) dis donc t'as trouvé le filon pour ta tranquilité si je comprend bien, pour du repos dans cet immeuble rien n'est gagné ......C'est le Polo qui l'a belle dans tout ça, il fume a l'oeil .A bien regarder je vois pas pourquoi ça géne quelle étale son gagne pain devant sa balustrade la belle Lola , non faut étre COOL comme on dit a présent ...Tu vois je me met au diapason , la jeunesse ne me fait pas peur, c'est plûtôt ceux qui ont un esprit tordu qui m'effraient ...Il faut évoluer ,sortir aprés la messe du dimanche , ne pas laisser ses vêtements pourrir dans la naphtaline ..Je me demande ce que vas nous trouver de gratiner pour la suite .....( Merci pour ces agréables moments a te lire, là je suis trés sérieuse ) j'attend aves impatience la suite a++++Lili

2. biquette  le 28-06-2017 à 15:03:30  (site)

Je suis encore là Alain , note bien que ton roman est tellement avec suspence que je laisse mon boulot de côté ( je rigole ) J'attend avec impatience pour savoir les douces conneries qu'a pû te sortir la miss Bel oeil ( tu parles d'un blaze ) elle ne peut oas s'appeler Durant ou Dupont comme tout le monde celle là ....Si elle trouve des pretextes pour faire virer la Lola je suis curieuse de connaitre lesquelles, ça va étre coton je pense ......Bon faut que je retrousse mes manches ( pas mes jupes comme la Lola , note bien que si sa jupe est comme le string ça ne doit pas représenter beaucoup de tissu ) pour briquer un peu chez moi depuis que je te lis ça devient poussiérieux au maxi i ( je plaisante )a++++Lili

 
 
 
posté le 27-06-2017 à 10:24:58

Grasse (4).

Jean-Paul Sartre.

--------

A 14h j’avais une 1ère S, avec des élèves qui faisaient semblant d’être sérieux. Une bande de lécheurs pas possible.

C’était la belle époque : pas de portables, pas de lecteurs mp3. Le diable n’avait pas encore fait son apparition dans les établissements.

Ce jour-là, mon cours portait sur « le centre d’inertie d’un solide », c’était de la physique et je me surpris à penser de temps en temps à son physique à elle… 

A la récré, la prof de philo me mit le grappin dessus et m’entraîna vers les fauteuils bleu-pétrole de la salle des profs. On avait l’habitude de parler ensemble. Elle était brillante, avait un QI démesuré, agrégée de philosophie et divorcée. J’aimais bien la taquiner. Elle restait dans la norme des penseurs historiques et moi j’essayais de détruire toutes leurs théories. J’étais libre et pas inféodé à un carcan imposé par la dictature des idées reçues.

« Tu fais quoi à 17h ? » me dit-elle à la sonnerie de la fin de récré. Moi, comme un débile profond atteint de méningite aiguë, à qui on explique les bases de la mécanique quantique, je répondis « heuuu… ». Elle me regarda sans étonnement, car elle me connaissait bien et elle ajouta avec un demi-sourire : « si tu veux on pourrait aller boire un verre à la fin des cours ». Elle était très intelligente cette prof-là, mais moi, je n’avais qu’une idée en tête, qu’une obsession : aller admirer les fesses de Lola, la meuf de Paulo, penchée sur la rambarde de ma coursive…


A suivre...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 28-06-2017 à 10:00:07  (site)

Bonjour Alain , il y a des passages que j'adore comme..... "Comme un débile profond ect ......a qui on explique les bases de la mecanique cantique "..... ça ca m'interpelle car je me creuse le mou avec ça " ( je plaisante oui et non car c'est vrai )...... Bon pour la meuf du fameux polo ( moi non plus ce mot n'existait pas a mon époque )..... tu parles d'une perle pour un tolard Il va aussi sec faire le bilan pour avoir un nouveau revenu avec la paire de fesses de la lola, c'est du tout cuit pour lui , ces mecs là savent vite gamberger pour eviter d'aller au charbon, c'est recta ,il voit en elle un beau petit capital arriver ........Je suis accro de ce que tu marques , c'est fou , je ne comprend pas que tu reste prof avec le talent d'écrivain que tu te paye ( là je ne plaisante pas )...... Bon j'attend avec hâte la suite ...Passe une belle journée je ne sais pas ce que tu vaut comme prof, mais pour me faire rire tu as la palme d'or ...A.........Lili

2. biquette  le 28-06-2017 à 10:23:57  (site)

Bon je repasse là..... Génial ton histoire ...J'attend pour savoir si tu vas avoir une petite aventure avec cette prof , aprés tout quand on est jeune on ne se pose pas trop de questions, le principal c'est de ne pas râter les bonnes ocases " ......"On se dit toujours "on verra plus tard mais il faut que j'en profite "".......Et oui c'est comme ça la vie ...C'est un énorme apprentissage ...La lola elle c'est sur le tas elle quelle le fait "Excuse là j'y vais fort "....Le tolard va vite la former a sa façon si ,elle est comme je le pense , tu parles d'une nana !!!!!!!!Comme tu marques " moitié - pute " là elle va l'etre entiérement dés qu'ils le libére l J'attend la suite avec empressement ....Passe une belle journéeA+++++Lili

 
 
 
posté le 25-06-2017 à 18:48:09

Grasse (3).

 

----

--

-

Et plusieurs fois elle répéta :

-     Paulo, je t’aime Paulo.

Je courus dans la cuisine pour aller regarder par la fenêtre qui donnait dans la coursive. Ce que je vis alors m’embarrassa : une jeune femme en micro-jupe, au ras des fesses, penchée sur la rambarde. Elle ne portait pas de culotte ou peut-être seulement un string-ficelle qui avait rétréci au lavage.

Mon Dieu, qu’elle était vulgaire cette fille, une vraie demi-pute. Mais comme elle était sexy ! Elle communiquait avec Paulo, son mec, un taulard peu bavard, dont le cerveau était resté au stade embryonnaire et qui avait un QI incertain. Un QI non mesurable avaient dit les psychologues. Paulo ne disait rien. Il se contentait de regarder l’entrecuisse de sa meuf*. Ses yeux, comme une caméra, enregistraient des images dans son petit cerveau. Des images qu’il se repassera, le soir dans les toilettes, quand il sera seul…

Ah, ces femmes, quelle merveilleuse invention du diable. On ne dira jamais assez la fonction hautement sociale des dames dans les prisons. Je sus plus tard qu’elle se prénommait Lola. Mais mon problème à moi, mon angoisse, c’était que mon cours, au lycée, commençait à quatorze heures. Je devais passer derrière elle et traverser la coursive. Quelle attitude adopter ? Lui dire bonjour ? L’ignorer ? Heureusement qu’elle était pressée. Elle lança un paquet de cigarettes à Paulo et fila comme une taupe, pressée certainement d’aller tapiner…


                                                                              A suivre         

 

 

 *Un mot qui n’existait pas à mon époque…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 28-06-2017 à 10:39:54  (site)

Bonjour Alain , Ou tu me fais marrer c'est pour le string qui a rétrecit, ça n'a pas du étre dur, vu que c'est déja de la ficelle >...je ne sais comment elles font pour supporter ce truc ( là je rigole dur ) faut ecarter les fesses pour le voir !!Le polo n'a pas l'air d'étre une lumiére , elle est bien tombé la pauvre , les beaux jours pour elle vont s'obscurcirent salement , je vois pas ça beau pour son avenir........ Dur Dur !!!!! J'ai les larmes qui coulent tellement je rigole !!!!!!Bon je repasse voir la suite mais fais vite , c'est ma tasse de thé ce roman ....A ++++Lilije ne peus plus écrire tellement je rigole !!!!!!!!

 
 
 
posté le 23-06-2017 à 10:21:17

Grasse (2).

 

---

-

Ce que je vis, en me penchant un peu au-dessus de la rambarde, c’était la cour de la maison d’arrêt de Grasse, autrement dit, la prison !

Le mari m’entraîna vers l’intérieur et me dit qu’il comprendrait bien que je ne veuille plus louer cet appartement. Je ne savais que faire ; le lendemain je devais commencer mes cours au lycée et je n’avais plus le temps de chercher autre chose. J’acceptais donc à contrecœur et quand ils furent partis, j’allai chercher mes deux valises qui se trouvaient dans le coffre de ma voiture garée dans la rue, au pied de l’immeuble.

Ma première nuit fut aussi blanche que les neiges de l’Annapurna*. J’imaginais qu’on allait voler ma voiture et il me semblait entendre des bruits bizarres dans la coursive. Je me levais vers quatre heures du matin et j’allais vérifier que la fenêtre de la cuisine qui donnait sur cette satanée coursive n’avait pas été fracturée. Non, rien, tout était en ordre.

Mes cours commençaient à huit heures et à sept heures trente, j’étais déjà sorti pour aller voir si ma voiture était encore là. C’était le cas. Et je constatai avec satisfaction que mes pneus n’avaient pas été crevés. A onze heures trente, au retour du lycée, je mangeais sans appétit un sandwich que j’avais acheté dans la boulangerie de la rue. Vers treize heures, mes neurones, fatigués par cette nuit sans sommeil, se mirent en veilleuse. Béatement, je sombrais dans une somnolence peu réparatrice qui ne dura pas longtemps, car je fus réveillé par une voix féminine qui hurlait dans la coursive :

-      Paulo, je t’aime Paulo !

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

                                                                                                                      A suivre…  

 

 *L'Annapurna est une montagne de l'Himalaya au Népal, comprenant six sommets dont le plus haut culmine à 8 091 mètres, ce qui en fait le dixième plus haut sommet du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. elena13  le 23-06-2017 à 17:32:25  (site)

Bienvenue sur Vefblog !!!

2. biquette  le 25-06-2017 à 09:18:08  (site)

Bonjour Alain , je suis trés contente que tu ai eu l'idée de me dirigée sur ce blog "Grasse " je ne le retrouvais plus avec ma tête de linotte , des fois, j'ai le bocal qui prend l'air ( je plaisante comme d'ab ) cet apprem je m'y plonge dans tes débuts de prof et t'écris pour te donner un minime avis car dans un sens il faut y etre passé des fois dans certaines situations pour bien les saisir , alors moi je suis naîve pour ce qui est de ta profession qui doit aussi t'apporter des durs moments de découragement mais c'est dans tout que ça cloche , bref a++++Lili

3. biquette  le 25-06-2017 à 17:39:53  (site)

Bon je suis en plein dans ton installation ...Je pense que tu as dû paniquer au début pour ta rossinante ( c'est le nom que je donne a ma voiture) vu que dans ces établissements en géneral ce ne sont pas des enfants de coeur, mais c'est surveillé durement tout du moins je le pense ...Bref tu as du avoir du boulot pour t'installer ...J'attend la suite pour savoir qui hurlait dans la cour , surtout fais vite car je suis en plein dans un début de roman , c'est mieux que du "Barbara cartland" ( je plaisante ) a ++++Lili

 
 
 
posté le 21-06-2017 à 19:58:10

Grasse (1).

 -------

--

Il y a quelques années, j’étais jeune encore, j’avais été muté dans un lycée d’une ville des Alpes Maritimes, Grasse.

Habitant, Fréjus, je fus obligé de chercher un appartement meublé dans cette ville connue surtout pour ses usines de parfums. Ça n’a pas été facile de trouver quelque chose de correct et d’accessible en début de mois de Septembre, surtout que quelques envahisseurs britanniques traînaient encore dans les parages. Finalement, par l’intermédiaire d’une agence immobilière, je louais un F2, pas loin du centre-ville. La secrétaire de cette agence me dit alors que les propriétaires, méfiants comme des taupes, voulaient absolument me rencontrer pour savoir à qui ils avaient à faire. Apparemment, ma tête ne les effraya pas et ils tinrent à me faire visiter eux-mêmes, cet appartement. Ils étaient un peu gênés et je compris plus tard pourquoi. L’immeuble, assez ancien, était correct avec un ascenseur vétuste à double porte métallique. Il y avait une petite cuisine équipée, une salle de bains, une chambre à coucher et un salon-salle-à-manger avec une immense terrasse qui offrait un panorama magnifique sur la ville de Grasse et nous étions au dernier étage. Je remarquais qu’ils me regardaient avec un air bizarre. Et le mari, comme s’il se jetait dans l’eau glacée de l’océan Arctique, me dit brusquement :

-     Il y a quand même un petit problème…

Je pensais qu’il avait peut-être une autre personne en vue pour la location et qu’il voulait augmenter le loyer.

Il toussa, puis se racla la gorge et continua :

-     Vous avez vu que la porte d’entrée donne sur une coursive, mais il 

    faut que je vous dise que… Enfin venez, je vais vous montrer.

Inquiet, je suivis le couple vers la coursive et le mari me dit :

-     Penchez-vous un peu au-dessus de la rambarde.

Je fis ce qu’il me dit et ce que je vis alors me plongea dans une stupeur incroyable, à la limite de la frayeur…

                                                                                   A suivre  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. christineb  le 22-06-2017 à 22:14:51  (site)

J'attends la suite!
Bon vendredi.

2. biquette  le 23-06-2017 à 13:29:10  (site)

Bonjour Alain voila un titre qui me dit quelque chose !!!!!!! Je fais quelques courses avec Sylvie ma fille et repasse plus tard , dans ( deux heures ou trois ) pour lire sérieusement tes écris a bientôt car on traine dans les boutiques nous les dames ( je plaisante) a+++++Lili

3. biquette  le 25-06-2017 à 17:31:43  (site)

Là ca y je vois le début de ton livre je suppose ...Déja tu as eu du bol de trouver un appart avec une jolie terrasse ..de toute façon si la prison est prés tu ne risque rien , les gendarmes surveillent surement sérieusement les alentours a cause d'éventuelles évasions , alors tu devrais etre pénard en principe dans cette crêche ..Evidemment ça choque au début mais c'est comme tout on s'habitue ...Tu vois je suis dans ton livre en plein a++++Lili

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article