posté le 21-09-2017 à 12:36:09

Grasse (13).

 Madame Coqualo qui m'attend devant le local à poubelles...

 

Après cette mémorable soirée, la vie devint intenable, pour moi, dans cet immeuble.

Je ne voulais plus voir personne et surtout pas Monsieur et Madame Coqualo, Monsieur Laderovitch et Mademoiselle Belœil.

Un point positif cependant, j’étais sûr de ne jamais rencontrer Paulo, le taulard. Déjà, je pris la décision de ne plus utiliser l’ascenseur, lieu dangereux où l’on pouvait faire de très mauvaises rencontres.

Alors, sous le prétexte de pratiquer de la gymnastique, très bonne pour le cœur comme nous le serinent les médias à longueur de journée, je descendais par les escaliers. J’évitais ainsi les guets-apens de tous genres. Mais il y avait d’autres lieux dangereux dans cet immeuble : le hall d’entrée avec les boîtes à lettres et le local à poubelles.

Au moins une fois par jour, j’étais bien obligé de fréquenter ces endroits pires que les rues de Kaboul à la tombée de la nuit.

Je mis donc au point une stratégie qui était fondée sur les habitudes des habitants de l’immeuble. Je savais que Madame Coqualo allait chercher le courrier vers dix heures, que son époux descendait les poubelles vers treize heures et que Mademoiselle Belœil allait promener son chien en début de matinée et juste après le repas de midi.

Alors, je m’arrangeais pour prendre mon courrier et descendre les poubelles à minuit environ. Il ne restait plus que le cas de Monsieur Laderovitch, qui, atteint de la maladie d’Alzheimer, descendait n’importe quand et faisait des fugues imprévisibles. Je l’ai même rencontré à minuit dans les escaliers, mais heureusement, dix secondes plus tard, il avait tout oublié. 

Seulement, les plans les plus astucieux ont quand-même des failles ! Cela se produisit quand je reçus une lettre recommandée qui m’obligea à descendre dans le hall à dix heures. J’aurais pu aller la chercher à la poste, mais ma paresse, me fit jouer avec le feu.

Le feu, s’était Madame Coqualo qui discutait avec le facteur et avec Monsieur Gédebras qui était manchot : il avait perdu un bras à la guerre d’Algérie. Après avoir récupéré ma lettre recommandée, je me dirigeai comme un voleur vers la cage d’escalier, quand une main virile serra fortement mon avant-bras (une nouvelle fois) et bien sûr c’était Madame Coqualo qui me dit en souriant : 

- On ne vous voit pas beaucoup en ce moment !

Elle avait le regard carnassier des louves affamées.  Je ne pus que répondre : 

- Euh… 

Et c'était mieux que rien. J’allais rompre le contact, quand elle ajouta : 

- Mais au fait, à quelle heure descendez-vous votre poubelle ? 

J’avais peut-être l’esprit mal tourné, mais je crus comprendre qu’elle avait envie d’une rencontre (avec moi) dans le local à poubelles. Mais pour quoi faire mon Dieu ? Et puis, aussi rapide qu’un Unau* dépressif, je compris tout et des mots se bousculèrent dans mon cerveau : gâterie, gâterie, gâterie, mais aussi : dents de louve, dents-cisailles, castration…Et je me vis devenir eunuque, hantant les vieux harems d’Orient…

A suivre

*Unau :

L'Unau ou Paresseux est un animal herbivore qui se déplace très lentement dans les branches d'arbres, à l'aide de ses longues griffes.

L'Unau vit au Venezuela et au Brésil.

La tête du paresseux est ronde, son nez est écrasé, il n'a pas d'oreilles, mais de grands yeux. Il a de longues griffes, ce qui lui permet de se suspendre aux branches des arbres. C'est un herbivore qui se nourrit de feuilles, de fleurs et de fruits. Il est actif la nuit, c'est donc un animal plutôt nocturne. Il passe de 16 à 18 heures par jour à dormir et le reste du temps à manger et à se reproduire. (La belle vie quoi !) : Remarque de moi.

Il est d'une lenteur incroyable et lorsqu'il est au sol sa vie est en danger, donc il vit dans les hauts arbres et ne descend à terre que tous les dix jours pour soulager sa vessie et ses intestins. Il perd alors le tiers de son poids.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. biquette  le 22-09-2017 à 11:59:28  (site)

Bonjour Alain , et oui les endroits de rencontre dans cet immeuble ont l'air trés cocasses et surtout dangereux pour toi vu que tu dois éviter le hall a poubelles et que tu guette le passage des facteurs pour la distrib de courrier , l'ascenceur étant égaleme trés dangereux pour toi , tu n'as pas trente six altérnative pour rentrer tranquille chez toi ...Tu parles si c'est gai de toujours étre sur le qui vive avec cette bande de cornichons que sont des locataires plutôt assez vicieux d'aprés tes écris , des esprits tournés uniquement sur la chose vu que je te suppose avec un physique assez attirant et attrayant , alors il te faut gaffer a tes plumes quand tu rentres ...Des solutions, pas des masses ou tu te laisse faire ou tu déménage carrement...Bon problémathique ce dilléme de logis , c'est ça l'inconveniant de plaire !!!! Pour ce qui est de la Beloeil je crois que c'est râpé pour elle ou faut etre trés vicieux pour se cogner un engin pareil , Bon tu as a qui ne sont pas difficiles , une chêvre avec un tablier et c'est bon , ça roule pour vous !!!!! Dieu merci ,t 'as le bol , tu ne rencontreras pas le Paulo vu qu'il est a l'ombre , heureusement d'ailleurs , car là tu aurais de quoi appeler ta chére maman vu les privations dans ces endroits là , ils doivent etre trés pressé dans leurs élans amoureux , pas de quartier pour ceux qui doivent y passer , faudra que la Beloeil soit a sa sortie pour lui filer une gaterie , là elle serait bien acceuillie avec ses gateaux crois moi , oh la la dur pour elle , il lui ferait becter un par un ses gateaux et vite fait ..Donne moi l'adresse de l'immeuble que j'évite d'y aller , dans ces cas on ripe vite des endroits nocifs .....Merci de nous résumer ces aventures hors du commun quoi que ? Quand tu te payes une belle bobine ça attire obligatoirement des refoulés du slip et partout ou tu vas c'est radical ...Je te souhaite une belle journée , évite le hall a poubelles ou le couloir de l'immenble ..... Dis donc j'espére que tu ne reçois pas trop de recommandées ou tu dois a chaque fois etre obligé de te faufiller comme dans le trou d'une aiguille ( je plaisante comme d'ab ) pas trés drôle pour toi en tout ça d'étre obligé de se cacher pour ne pas attirer les hystériques de l'immeuble ..Dur dur tout de méme .. Bise a+++++Lili

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 17-09-2017 à 12:47:22

Grasse (12).

 

 

                                                             Monsieur Coqualo...

 

Je me retrouvais avec Monsieur et Madame Coqualo, Aldo, Marco et Pipo. Ces trois derniers étaient apparemment aussi gênés que moi. Peut-être parce-que j’étais prof ?

Aldo se jeta à l’eau le premier et me dit : 

-  Tu travailles où exactement ? 

Mais qu’avait-il à me tutoyer celui-là ? Je voulais répondre « euh… » comme d’habitude, mais je me forçais à faire une longue phrase : 

- Et vous ? 

He pan, c’était pour lui montrer que je voulais qu’il me vouvoie. Il ne répondit pas ; il regarda juste ses copains avec un air fautif.

Autour de nous, la température commençait à augmenter et Monsieur Coqualo alla chercher des boissons. Sa femme s’adressa aux trois compères pour justifier un peu mon attitude déroutante :

- Vous savez, il faut être compréhensif, c’est la première fois qu’il vient ici ! 

Et s’adressant directement à moi, elle débita des niaiseries dignes d’une élève de SEGPA* du genre : 

- C’est le premier pas qui est le plus difficile!

Et aussi, en regardant le bas-ventre de Pipo :  

- Quand vous y aurez goûté, vous ne pourrez plus vous en passer !

Mais de quoi parlait-elle cette folle ? Moi, goûter à une chenille gluante ? Elle regarda sa montre et dit :

-  Bon, je m’en vais mes zoulous et amusez-vous bien !

Ah, les zoulous sont tous homos ?

Elle nous tourna le dos et se dirigea vers la sortie. J’étais encore assez lucide pour regarder ses fesses que je comparais mentalement à celles de Lola, la meuf de paulo et je dis à haute voix :

- Il n’y a pas photo ! 

Les trois Zouaves ne comprirent pas, mais pouvaient-il comprendre quelque chose, focalisés comme ils étaient, sur mon anatomie.

Monsieur Coqualo revint avec un plateau et cinq verres de Vodka remplis à ras bord. Il m’en tendit un avec le secret espoir de me décomplexer. Le pauvre, il ignorait que je ne supportais pas l’alcool et qu’au service militaire un demi-verre de Calvados me conduisit presque au coma éthylique.

Bon, avant de me sauver et par pure curiosité intellectuelle, je pensais que c’était le moment et l’endroit pour poser certaines questions du genre :

-  Dans un couple homo, les rôles sont-ils bien définis ? C’est-à-dire que l’actif est toujours actif et que le passif est toujours passif ? 

J’osais, à haute voix, formuler ma demande. Monsieur Coqualo se mit à rire et me dit :

- Ah, il va falloir refaire toute votre éducation !  

Aldo, Marco et Pipo gloussaient en sirotant leur vodka.

- Soyons clairs, me dit-il, il y a les hétéros comme vous (pour le moment) et il y a les homos comme nous. Et parmi les homos il y a les « bi » et les « tri » ! 

Je sursautais, « les tri ? » dis-je, étonné.

Monsieur Coqualo se pencha vers moi pour m’expliquer à voix basse ce qu’étaient les « tri ». Et il en profita pour introduire sa langue baveuse dans mon oreille. Comment réagir à cette agression ? Je n’étais pas du genre à faire un scandale. La seule solution c’était la fuite et en me contrôlant, je demandais où se trouvaient les toilettes. Monsieur Coqualo m’expliqua en tendant son bras : 

- Vous voyez, là-bas, c’est à droite du panier de préservatifs. Et profitez-en pour vous servir au passage !

Puis il me tourna le dos et s’occupa des autres invités.

Moi, je savais où était la sortie et une fois dehors, je me mis à courir, courir, courir et un mois plus tard, je courais encore… !

                                                                                                               A suivre...

 

* SEGPA : sections d'enseignement général et professionnel adapté.

Au collège, elles  accueillent des élèves présentant des difficultés d'apprentissage graves et durables. Ils ne maîtrisent pas toutes les connaissances et compétences attendues à la fin de l'école primaire.                         

                                                                                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. quadrille  le 17-09-2017 à 16:20:51  (site)

Bonjour Alain c'est bien ce qu'il me semblait t'es tombé direct dans un guet -apens calculé par les Coqualo , tu parles d'une équipe a la mord moi les orteils ( là peut etre pas pour le méme endroit de ton anatomie ) ( je plaisante ) bref comme le disait pépin !!!.Là t'as bien fait de riper vite , de courir de toutes tes jambes , car avec ces trois spécimens qu'ont le feux sacré dans ce qui leur sert de froc ,c'est danger assuré pour ceux qui n'ont pas l'esprit vif , car ces trois gonzes là étaient fins prêt pour une céremonie grandiose avec préservatifs servit sur un plateau, tout était prévu pour que tu serves de cobaye ..Tu peus remerçier le ciel , tu as un ange gardien là haut qui t'as tiré d'un sacré mauvais pas et de moments douloureux qui t'auraient aprés bien handicapé pour t'assoir avec décontraction crois moi , BOU!!! ton pauvre postérieur revient de loin ...Dans ses coups là on ne ménage pas sa monture, on file plus vite que le vent ..........Bon gentil tout plein Alain de passer ton dimanche avec ce blog , t'es quelqu'un de bien, t'as du coeur .....Je suis trés contente de te lire cet aprem j'ai pû rire entre deux beaux documentaires a la téle ( vu le temps je suis mieux au chaud ) Passe une belle soirée et encore merci , je viens encore de bien me décontracter avec tes écris sur ces trois obsédés du falzar , que devient Miss Beloeil dans tout ça ? .J'attend avec impatience la suite bise a++++Lili

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 14-09-2017 à 18:34:18

Grasse (11).

                                                          Aldo, Marco et Pipo...

 

Et le lundi arriva ! Une journée à marquer d’une pierre blanche…

J’avais donc décidé de me rendre à l’invitation de Monsieur Coqualo.

La salle des sports, rue des remparts, était située à dix minutes, à pieds, de mon immeuble. C’était pratique, je n’avais pas à prendre ma voiture. Je m’habillais sobrement en évitant surtout de mettre une chemise rose ou mauve cachou, que je n’avais pas d’ailleurs.

A dix-neuf heures précises, j’entrai dans la salle, déjà bruyante. J’étais aussi perdu que le Petit Poucet sans ses cailloux. Ça commençait mal; sur une petite table, j’aperçus un panier en osier rempli de préservatifs.

- Cela va finir en partouze, je le sens ! pensais-je, inquiet comme un calmar manchot. Et ni une, ni deux, j’entrepris une rotation de cent quatre-vingts degrés, pour fuir ce lieu de débauche.

Presque dehors, je sentis une main virile serrer fortement mon avant-bras pour me retenir. En me retournant, je vis une femme qui me souriait : c’était Madame Coqualo ! Elle devait avoir la cinquantaine, encore bien conservée pour son âge. Mon regard fut tout de suite attiré par sa grosse poitrine. Encore lucide, je pensais : -Ses seins doivent être aussi mous que les fesses de Josiane Balasko. 

Elle me regardait, accueillante comme un boucher qui reçoit un agneau promis au sacrifice:

- Bienvenue, vous devez être notre voisin prof. Mon mari m’a beaucoup parlé de vous  !

Quand je vis ses dents entre ses lèvres pulpeuses, des dents acérées comme celle d’une louve, je me dis : 

- Oh là là, les gâteries de Madame Coqualo, c’est la castration assurée ! Ça explique pourquoi son mari fait son coming out !

Madame Coqualo poursuivait son monologue :

- Je suis la seule femme ici, mais ne vous inquiétez pas, je vais bientôt partir ! 

Moi inquiet ? Au contraire, sa présence me rassurait comme une bouée dans une mer déchaînée. Elle poursuivit, en riant : 

- Je vais vous laisser entre hommes  !

Entre hommes ? Façon de parler… !

Monsieur Coqualo arriva tout sourire et me dit, en me désignant trois gaillards musclés qui frétillaient comme des truites parkinsoniennes : 

- Mon cher ami, je vais vous présenter Aldo, Marco et Pipo qui meurent d’envie de vous connaître  !

Ces trois pseudo-gaillards étaient en petite tenue…

Mon sort était scellé. La toile d’araignée se refermait sur moi…

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. quadrille  le 14-09-2017 à 19:55:21  (site)

Bonsoir Alain , là je suis écroulée de rire , dans quel guêpier tu t'es fourré , j'ai pitié pour toi crois moi , En plus la Moitié a Coqualo ne doute de rien en te laissant seul avec ces trois gaillards .Là j'ai la pétoche pour toi , mon Dieu ou as tu atteri , sur quelle planéte , j'espére que ce ne sont pas des mal intentionnés ces trois mousquetaires ( quatre avec Coqualo ) ce chiffre quatre porte malheur. ( tout du moins on le dit ) ..... Alors là j'en tremble pour toi comment sortir de ce bourbier ? En plus prévoyant ces Piéds nickelés de quartier ,des préservatifs a Gogo dans un panier , et quoi encore avec ? Purée quelle immeuble a surprise , c'est pire que Grand guignol ( tu connais peut étre pas a Paris ? Je t'explique .!!!!!.....( .On dit que les Parisiens d'antan ne savaient pas se divertir et si avec l'illustre Théatre du grand guignol temple des scénes d'épouvante cocasses du 19e Siécle, dans le 9 e arrondissement .Qui risquait de s'y aventurer craignait la crise d'angoisse , voir cardiaque tant le réalisme des scénes était saisissant ) !!!!!! Ce théatre a éte Inauguré en mai 1896 et il a fermé en janvier 1963.. ..Je n'ai pas connu tu dois tout de méme t'en douté ( je plaisante ) mais j'en ai entendu parler quand je bossais a Paris ., en plus c'était pendant les années 1900 , ce sont plutôt grands parents qui eux étaient au courant des théatres de Paris vu que ça date ......Donc pour toi Alain quelle situation plus que merdique pour cette invitation a surprises .....J'attend et j'espére que je vais bien dormir cette nuit car ça me file les copeaux pour toi , j'appréhende...Donc j'attend tres anxieusement la suite de ce feuilleton qui dépasse largement" Les feux de l'amour " ou " dallas " qui sont des apprentis a côté des Coqualos ...Eux ils savent organiser les réceptions sans bavure ( Là pas sûre pour toi ,) ......Encore merci pour ces bons moments a pouvoir rire avec ton blog , tu ne peus pas savoir a quel point j'appreçie de te lire ...Là je suis remontée pour ma soirée ....Passe toi aussi une belle soirée bise a++++Lili

2. quadrille  le 16-09-2017 à 12:55:52  (site)

Bonjour Alain je passe te faire un coucou pour ce dimanche ou par chez moi; le soleil brille , alors contente car j'ai pû filer un coup de chiffon a ma Rossinante ( voiture ) il ne fait pas froid mais comme je te l'ai marqué sur ton autre blog les feuilles tombent et par terre c'est un tapis de feuilles mortes , bref beau a voir tout de méme ...Comment t'en est tu sorti avec ces trois mecs qui ont l'ai d'avoir la moëlle ? , sans dégat je l'espére pour toi., Tu as bien fait de ne pas mettre des couleurs bonbons avec cette équipe qui aurait pû confondre coquetterie et intentions malsaines , on ne sait jamais avec ceux qui bouffent a tous les rateliers ..Note bien qu'en genéral ces hommes qui ont des moeurs spéciales sont super gentils avec les femmes car j'ai travaillé sur la côte pour deux Ecossais " homos " mais sympa avec moi et ils étaient trés respectueux...Bon il faut de tout pour faire un monde , et aussi c'est une chance car tu peus raconter une histoire qui me plait bien, au moins et ça me fais bien rire c'est positif ...Je te souhaite une belle journée Alain et encore merci de te démener pour me faire plaisir car là tu as fait gros de ne pas étre faché avec ma façon pas trop claire de m'expliquer....Passe un beau Week-end et j'attend avec hâte la suite pour savoir comment s'est passée cette invitation qui me parait bizaroïde de la part des deux coqualos qui je pense n'ont pas l'air d'étre des futés , je ne pense pas qu'ils aient inventer la poudre ces deux là ., Bon pas besoin de sortir de Sorbonne pour voir clair sur leurs intentions en t'invitant ou alors ça va étre encore un motif pour bien rire ...Repose toi bien pour étre en forme pour éduquer des gamins qui je pense t'appreçie beaucoup ...Le métier doit tout de méme avoir du bon pour toi heureusement d'ailleurs, sinon autant aller aux fraises avec les coqualos ( je plaisante ) bise a++++Lili

3. quadrille  le 17-09-2017 à 11:44:16  (site)

Bonjour Alain je passe ce matin voir si tu n'as pas a subir les derniers sacrements, vu les trois gaillards amis des coqualo ....Trêve de grosses bétises je te remerçie pour ces écris qui montrent que l'érotique parfois est trés drôle a décrire vu que j'ai horreur du vulgaire ..C'est pourquoi là je rigole bien avec toi ,Aprés tout il faut étre honnéte et savoir que rare sont les hommes qui n'ont pas de fantasmes ,certaines femmes ne sont pas en reste non plus d'ailleurs ....mais j'aime bien la maniére dont tu racontes ça , c'est plaisant et ça ne choque pas ...J'aime aussi des auteurs comme René Fallet qui décrivent des situations courantes de la vie de gens qui ne sont pas nés dans des milieux trop cossues et qui prennent la vie du bon côté en riant avec des situations cocasses, ils prennent tout avec humour et c'est appreçiable , le côté trés populaire en somme .Aprés tout on ne choisi pas ou l'on va naitre et chez qui , alors autant ne pas avoir honte d'étre comme l'on est et agir en conséquance ...Moi je dis toujours que la situation ou l'on se trouve n'a rien avoir avec l'intelligence , c'est plutôt une histoire de chance, ou tu es né avec des parents riches qui t'on donné le maxi , ou tu vegéte dans un milieu qui fait que chacun se débrouiille comme il peut pour s'en sortir, mais le coeur peut etre bon partout , pauvre ou riche quelle différence ? les sous sous , mais le principal c'est de comprendre les autres et d'étre BON , et de ne pas se regarder toujours le nombril ...c'est tout simple ...C'est mon humble avis et j'aime ceux qui prennent la vie du bon côté car se morfondre n'apporte rien si ce n'est que de se rendre malade ....C'est pourquoi pour en revenir a tes descriptions de personnages aux allures trés cocases , j'adore , comme la Beloeil , moi je suis écroulée en imaginant sa vie privée , c'est fandant non ? Et les Coqualo, sublime des couples pareils ( pour la rigolade ) car dans l'intimité je te raconte pas !!!!! Tout ça pour te dire que si c'est un livre que tu écris c'est gagné a cent pour cent et je serais la premiére a en acheter un premier exemplaire crois moi .....De Fallet j'ai adoré" Le Beaujolais nouveau est arrivé " j'ai tellement rigolé, ensuite j'ai aussi acheté "Paris au mois d'Aout " ça aussi c'etait croustillant ...Voila ou je fais la comparaison avec ce que tu écris ...Ne m'en veus pas Alain mais je suis taillée de cette façon, je me rapproche plus facilement auprés de ceux qui ont beaucoup d'humour , que des gens qui ne sont jamais satisfait de leur sort et qui empoissonnent tout le monde en tirant la gueule a tous vu leur moral défaillant ...Je suis taillée de cette maniére et c'est pourquoi je suis plus proche de personnages qui sont drôles et qui me font rire que de ceux qui me rebutent avec leurs salades merdiques de tous les jours ....Il en faut pour tous les goûts :!!!!!! je te souhaite un beau dimanche et surtout continu ce blog car j'aime beaucoup comme tu le sais déja ( HO je me repéte , le gatisme n'est pas loin ) ...Bise a++++Lili

4. quadrille  le 18-09-2017 à 11:18:46  (site)

Bonjour Alain je passe en cata car le magasin va ouvrir par chez moi pour mes courses , obligé vu que tous les jours il faut se nourrir ,( je ne peus pas non plus becter des croquettes comme ma chienne j'ai l'estom trés fragile ) ....et pourvoir a rester propre dans notre univers perso et oui un éternel recommençement d'ou monotonie, mais le net nous change bien les idées parfois....Ca les ennuis et bien c'est une question d'habitude on ne peut pas toujours les éviter ....Te dire le temps, je pense que chez toi des fenêtres sont là pour te fixer sur la maniére dont tu dois te vétir, par chez moi c'est autre chose vent et froid sec ce matin ..... ..Ou la la je suis sérieuse , ça ne va pas durer ....Note bien que ce qui me chiffonne c'est d'ouvrir mon crapeau pour mes emplettes et de voir le montant qui chiffre trés vite ..C'est vrai partout il faut ouvrir son porte monnaie pour étre bien vu, c'est comme qui dirait une carte de visite qui coûte la peau des fesses ..C'est un systéme comme ça, on voit les gens sourire devant un bifton c'est tout de méme grâve d'en arriver là ...Bon je voudrais bien payer avec des billets de monopoly mais c'est refusé d'avance ...J'attend la suite de ton roman qui vaut le coup crois moi , les trois loustics sont surement repartis la queue entre les pattes si je comprend bien , tu parles d'une équipe de Pinocchio ( remarque je suis délicate et trés polie je choisis mes mots pour ne pas choquer vu le mot reel que j'aurais pû écrire, mais je gaffe a la censure ) ils en sont restés pour leurs frais si j'ai bien saisi ..Gaffe tout de méme a tes relations car des comme ça on en trouve partout , ils se reproduisent je ne sais pas comment , mais ils augmentent vu les statistiques réçentes ......Comme je me répéte souvent il faut de tout pour faire un monde et personnellement je n'ai rien contre , chacun est libre aprés tout de prendre son plaisir ou il le trouve ....J'attend pied ferme la suite, passe une belle journée .Merci encore de te dévouer mais c'est pour une bonne cause ( je plaisante ) .bise a++++Lili

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 10-09-2017 à 18:32:49

Grasse (10).

La prof de philo.

------

Les visites de Lola, la meuf de Paulo, se faisaient rares.

La pauvre, à cause de certains copropriétaires grincheux, elle ne pouvait plus rendre visite à son « amoureux » aussi souvent qu’avant.

Cette situation me chagrinait et j’imaginais le malheureux prisonnier pratiquement privé de cigarettes.

Plusieurs idées farfelues naquirent dans mon cerveau fertile, du genre écrire une pétition pour demander de laisser tranquille Lola. Elle accomplissait une œuvre sociale après tout et dans ce monde violent, on devait faire preuve d’un minimum d’humanité.

Voilà ce que je pensais. Mais mon subconscient, lui, n’en avait rien à faire de ces considérations chrétiennes. La vérité, c’est que la vision des fesses et des cuisses de Lola, me manquait.

Au lycée, dans la salle des profs, mes collègues femmes, toutes en pantalon, ne m’incitaient pas à la bagatelle… La prof de philo, m’offrait bien un café de temps en temps, mais quand elle s’asseyait près de moi, je ne ressentais pas ce frisson d’un autre monde qui m’envahissait quand je voyais Lola.

La prof d’anglais était sympa aussi, mais elle avait les yeux globuleux et j’étais sûr qu’elle était presque vierge.

Parfois, quand Lola n’était pas dans la coursive et que j’entendais les cris des prisonniers dans la cour, j’y jetais un coup d’œil et immanquablement j’apercevais le pauvre Paulo, les yeux dirigés vers le haut en espérant voir sa meuf et surtout son entrecuisse dépourvue de culotte. Lola pensait qu’il l’attendait surtout pour les cigarettes, alors que lui se nourrissait de la vision de son « trésor » peu caché.

Le jour de l’apéritif de Monsieur Coqualo approchait et je me souvins de l’enveloppe que j’avais glissée dans une des poches de ma veste. En la décachetant, voilà ce que je découvris :

---

------

Coming Out: Annonce publique de ses orientations homosexuelles.

-----

Dans quel guêpier m’étais-je fourré ? Tout de suite, je décidai que je n’irai pas à cette invitation. Et pourtant, je l’avais promis à Monsieur Coqualo.

Toute la nuit qui suivit, mon sommeil se fit aussi rare que les cheveux sur le crâne de Yul Brynner*. Et je disais à haute voix (heureusement que j’étais seul dans mon lit) :

- Je n’irai pas !

Et puis:

- J’irai ! 

Et ensuite:

- Je n’irai pas !

C’était la valse-hésitation de Yohan Strauss (pas Kahn bien sûr). A la fin de ma pseudo-nuit, après une lutte acharnée entre le  yin et le yang, je décidai d’y aller et à haute voix je déclarais, comme pour me rassurer :

- Mais je ne risque rien après tout ! 

La suite prouva le contraire. J’avais parlé trop vite !...

A suivre.

         * Yul Brynner ou Brunner

Acteur né le 11 juillet 1920 à Vladivostok

Décédé le 10 octobre 1985 à New York

Juli Borisovitch Bryner alias Yul Brynner, est un acteur américain d'origine suisse, mongole et russe.

Mondialement connu pour avoir campé le rôle du Roi dans "Le Roi et moi" en 1956, ainsi que "Les Sept Mercenaires" de John Sturges en 1960, l'acteur a au fil des années accumulé les rôles dans les films d'action. Son dernier film aura été "Les Rescapés du futur" en 1976. Ses talents d'acteur et le mystère autour de ses origines lui ont permis d'atteindre la célébrité et d'être immortalisé avec son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. quadrille  le 14-09-2017 à 10:35:41  (site)

Bonjour Alain , je te remerçie de tout coeur de l'aide morale que tu apportes avec tes écris a; la mamie Lili de Théo , mon petite fils est toujours trés heureux quand je lui raconte mes anecdotes passés dans Paris avec des patrons qui étaient des fois plus ou moins cons, mais le monde du boulot est souvent coriace tu peus m'en croire .....Tout ça pour te dire que ma journée est placée dés mon arrivée sur ton blog sur le signe du soleil , merci encore, tu as mérité une meuf a la hauteur pour te faire grimper au septiéme ciél ...Pour ce qu'est des marrants Coqualo , tu vas peut etre tomber sur le cul avec ces deux inventifs a la gomme des sensations fortes au pagot , je le pense vu leurs invitation a la godille ...Comme j'en rigole toujours avec mon précieux compagnon actuel ( ça fait 12 ans que l'on se connait ) , certains couples n'hésitent pas a mettre le paquêt pour monter dans des cieux vulgaires a mon humble avis..... .Au fait le pauvre Polo va faire régime pour ses cloppes, dur tout de méme car je ne connais pas du tout l'univers carcéral, mais je suppose que moralement les pauvres doivent en prendre un coup au moral vu que privés en somme de liberté, chose essentielle pour la majorité des gens...., ,J'ai déja une trouille bleue dans un ascenseur....A la défense a Paris , je suis allée dans un immeuble de quarante étages pour une assurance qui a l'époque me cassait bien les bonbons , et c'est un type super sympa qui m'avait tenu la main pour m'éviter de redescendre 40 étages a pince par les escaliers , Imagine enfermée, je périrais a vu d'oeil ...Bon j'attend la suite ( ça me manquait tes écris crois moi ) je te remerçie de tout mon coeur d'avoir saisi mon objectif pour me changer les idées dans mes journées qui sont des fois assez longuent ,ma chienne en a marre de m'écouter, je le vois a ses coups d'oeil , et voila l'hiver qui arrive, ,Ma fille passe des fois mais elle est bien prise avec ses comptes rendus des articles ,des fois je vais avec elle pour faire rouler ma bagnole ( car j'ai fais des frais dessus) ( Courrois de distribution , durites toutes changées, vois la facture ) et faut amortir , je la garde car je l'aime bien j'y suis habituée et c'est une grosse voiture qui ne consomme pas beaucoup , en plus je m'y sens en sécurité dedant mon petit fils fait des dépannages dans l'informatique en attente d'un boulot régulier mais dans les campagnes c'est compliqué, j'ai aussi une petite fille Gaelle qui elle restera je suppose sans se marier , mes deux filles ont toujours tenu sans cette dure obligation de passer devant Monsieur le Maire ,des idées a elles surement , mais nous aimons notre liberté dans la famille , et puis je les ai élevé un peu dans ce sens là, de ne pas se rendre esclave ou d'éviter ...Alors je suis souvent a essayer de me distraire , en plus je ne comprenais pas trop , mais je suppose que ton temps est bien compté , alors doublement merci ..... Mon compagnon travaille encore et sur le Havre en plus , alors c'est dur pour lui de faire la route souvent car moi ou je suis c'est bien plus bas , bon il va bientôt se libérer alors pour moi ce sera bien agréable de ne plus étre seule.... quitte a le bichonner mais pas de trop , je ne n'aime pas les obligations du tout !!!!!!! Surtout met des mitaines avec les Coqualos qui vite vont te fouttre le grapin dessus, imagine un yul Bruner qui arrive dans leur milieu de paumés ça fait tilt pour eux ...A trés vite pour une suite qui va me réjouir au maxi ...Surtout merci pour ta gentillesse et compréhention ...Passe une belle journée pour ce jeudi qui par chez moi est sous la flotte, ça va encore étre coton pour sortir ma Chipette qui a horreur de l'eau bise a++++Lili

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 07-09-2017 à 12:53:47

Grasse (9).

 

 ----

Je sentais que je m’étais fait un ennemi de plus dans cet immeuble.

Que voulez-vous, Monsieur Coqualo était unanimement apprécié par tous les copropriétaires avec sa langue de « pute ». Je voyais quand même, qu’il essayait de garder son calme. Il me fit un demi-sourire et me dit :

- Mais laissez-moi vous répéter que j’ai vu Mademoiselle Lola (tiens il connaissait son prénom ?), quitter précipitamment l’immeuble, tandis que Monsieur Laderovitch sortait du local à poubelles en refermant sa braguette ! 

Ça, je le savais déjà : il y a le comique de répétition et puis il y a les répétitions de Monsieur Coqualo qui croit convaincre en répétant la même chose. Bon, il était temps que je lui dise mon deuxième argument : 

- Voyez-vous, Monsieur Coqualo, il se fait, et j’espère que vous n’allez pas le prendre mal, que j’ai vu plusieurs fois Monsieur Laderovitch, uriner dans le local à poubelles, alors ça explique tout !

Je crus à ce moment-là, que mon voisin allait attraper une attaque d’apoplexie. Rouge comme une pivoine timide, son visage avait la peau aussi tendue que celle de nos belles tomates de Provence.

J’ai vite regretté ma révélation et déjà je me voyais appeler le SAMU…Mais monsieur Coqualo se calma rapidement, allez savoir pourquoi. Peut-être, qu’il méditait une vengeance contre ce pauvre  Monsieur Laderovitch ?

Je déteste, les conflits de voisinage et je n’aime pas m’intégrer dans la vie sociale de l’immeuble. Monsieur Coqualo se radoucit et me tendit la main, aussi molle que les kiwis de fin de saison.

- Voyez-vous, me dit-il, pour vous montrer ma bonne volonté, je vous invite à un apéritif que j’organise la semaine prochaine.

Mon sang prit soudain la consistance de la gelée de groseille sortant du réfrigérateur. J’avais un peu mal à la tête, mais comment refuser ? J’allais dire non quand même, mais Monsieur Coqualo, avec un sourire hypocrite, ajouta : 

- Vous viendrez n’est-ce pas ? Il y aura aussi ma femme, vous verrez, elle est sympa et "généreuse"... Mais qu'entendait-il par généreuse ?

Monsieur Coqualo était donc marié et avec une femme en plus ! Ouf, je l’avais mal jugé, avec sa chemise rose… Et donc, malgré moi, j’acceptais sa proposition. Il me tendit une petite enveloppe et me dit : 

- Il y a un carton d’invitation à l’intérieur. 

Négligemment,  je rangeais, sans l’ouvrir, l’enveloppe dans la poche de ma veste. Et je répétais à Monsieur Coqualo :

- Vous pouvez compter sur moi ! 

Je venais de commettre une erreur irréparable : j’aurais dû ouvrir l’enveloppe avant d’accepter l’invitation… !

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. quadrille  le 07-09-2017 à 19:38:23  (site)

Bonsoir Alain contente d'avoir lu cette suite qui m'a bien amusé ..Ce monsieur Coqualo a décidement de la suite dans les idées, mais fais gaffe a sa proposition , te payer l'appéro c'est gentil, mais si en plus il te propose sa moitié en prime, refléchis bien car tu l'a jamais vu et si ça se trouve c'est une nana qui a eté moulée dans un cor de chasse , va savoir ? Moi a ta place je ne serais pas pressée d'aller chez lui boire sa tisane, ça renifle le piége a con a plein nez ...Je pense que la genérosité de sa langoustine doit se rapprocher plutôt du genre
porno que des écris des livres de Barbara Cartland (des écris a l'eau de rose pour préciser ) moi a ta place je ferais faire des transformations aux braguettes de mes pantalons comme si s'était un coffre fort imprenable , elle a surement des vues sur toi cette épouse mal servie par son Coqualo , c'est peut etre un tetard au plum ce mec ...Prend de sérieuses précautions si tu veus mon humble avis ..Si c'est une bignole dans l'immeuble ça craint ses invitations ....Moi je ne serais pas chaude pour rentrer dans sa crêche , tu vas peut étre signer ton arrêt de mort avec cette gonzesse.En plus j'espére qu'il y a de l' 'hygiéne chez eux , il a l'air de se plaire au milieu des déchets du voisinage le frére ...Bon j'anticipe peut étre beaucoup ,mais je ne pense pas que son invitation soit claire ....Le pire est a venir avec la bafouille de son invitation je pense...J'aurais peut étre réagie comme toi vu sa chemise rose je l'aurais classé plutôt du côté de la jacquette flottante , surprise il a une femelle !!!! Bon dépêche toi de nous pondre la suite , pour ma part je suis anxieuse pour toi de ce qu'ils mijotent ces deux locataires de mes deux...T'es grand tu sauras te défendre ( je plaisante ) Moi il pourrait faire la roue et le grand écart ça ne marcherait pas avec un Coqualo ...Bon assez marqué de grosses bétises pour ce soir ...Dors bien et surtout ne rêve pas en t'immaginant voir une Claudia Schiffer chez lui , sinon tu vas tomber en syncope ...Passe une belle soirée bise a++++Lili

2. quadrille  le 07-09-2017 à 20:24:09  (site)

Remoi , je voulais te dire que côté musique j'aime aussi bien ImageChopin , Vivaldi et smetana ,et Brahms , bref pour l'opéra j'adore, la Traviata je l'ai vu au moins cinq fois ...Comme Chanteur j'aimais beaucoup aussi Claude Nougaro , ses airs rhytmés c'était trés sympa , et d'autres mais je ne peus les citer tous ...Bonne soirée ( écris la suite de ton livre j'ai hâte ) bise a++++Lili

3. odeline  le 08-09-2017 à 18:21:32  (site)

Bonsoir Alain bon j'attend avec impatience pour étre au courant de ce que mijote la famille Coqualo avec cette invitation , je pense qu'il faut te montrer prudent ...Sa rosalie les bas bleus comme on dit chez moi , a peut étre le feux sacré au postérieur, alors gaffe a tes batteries qui vont vite étre a plat avec ce couple de branquignols , crois moi ..Elle ce n'est surement pas des gateaux sec de chez Lu quelle va t'offrir ...Note bien que dés fois j'y pense, je me demande quelle tronche mon mari aurait tiré si je lui avait filé des gateaux secs comme gaterie ...La Beloeil est surement une femme qui a éte éduquée au couvent des oiseaux , a la bourre la mignonne!!! Tout ça pour faire te dire que toutes les femmes ne sont pas des oies blanches ( tu dois le savoir d'ailleurs vu que tu as cotoyé une avocate chaude comme l'entrée du vesuve ) ..Moi je trouve ça louche que de suite il se vante que sa moitié est génereuse .Ca cache quelque chose de pas net ...Que de salades dans cet immeuble ...En plus le Laberovitch qui prend les poubelles pour des urinoirs municipaux ça doit cogner sec dans le vestibule a poubelles , faut un masque a gaz pour virer vos déchets, tu parles d'un batiment a surprise ....Je me souviens des dessins de Dubout et tes descriptions de personnages me font penser a ses illustrations , ça me faisait bien marrer aussi ...En plus tu n'a rien a envier a" Frederique dard " pour ses San Antonio , avec toi je rigole autant ......Bon je vais sortir ma chienne sous la Flotte , chez moi le ciel est couvert , on approche du froid ...Je te souhaite une belle soirée surement a corriger les devoirs de tes petits mignons de ta classe....Repose toi un peu tout de méme ....Bise a+++++Lili

4. quadrille  le 09-09-2017 à 18:44:54  (site)

Bonsoir Alain j'espére que ta journée ne t'as pas trop éreinté avec les moufflets qui ne doivent pas étre facile a manier ...Moi, je suis allée avec ma fille ( accroche toi bien jeannot ) a un comice agricole, car ma Sylvie a sa carte de presse et se farçie des reportages pour le canard du coin , un concours de vaches , manque de bol il tombait des cordes, moi trés coquette pour les bouseux du coin , j'avais mis mes petites pompes du dimanche , en revenant si t'avait vu leurs gueules pleine de bouillasse , une cata pour mes belles grolles que j'ai dû nettoyer dur en rentrant ..Tu parles d'une journée , bref je vais toujours voir ces fiestas de campagne , ça me sors un peu afin de pas sentir le moisi ...Des fois ça me pompe l'air plutôt qu'autre chose, c'est bien pour faire plaisir a ma fille, en plus fallait faire le plein de coco dans ma rossinante ( ma voiture ) car mardi bernique pour trouver de quoi rouler ,tout va étre bloqué ...Des fois je vais fouiner dans des vides greniers, pas follichon non plus comme sorties , mais ça me permet d'aérer mes frusques ...Quand vas tu nous mettre la suite de ton aventure avec les Coqualo ? , j'espére que ça ne va pas tourner au vinaigre pour toi et que sa demi portion ne t'as sauter dessus comme la misére sur les pauvres , on ne sait jamais si celle ci est privée avec son époux de pacotille , dur dur pour tes pinceaux ( j'évite de choquer pour ne pas étre censurée ) sinon gaffe a ton service trois piéces ...Déja avec la Beloeil t'es revenu de loin, alors là on ne sait pas jusqu'ou cette épouse de quartier pourrait te conduire ...Bref j'attend pied ferme la suite des ces aventures rocambolesques qui m'amusent tant ...Passe une belle soirée bise A +++++++Lili

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article